Expo d'art aborigène lors du salon Arternativelight en septembre à Monaco

Jardins secrets d'artistes
Vernissage le mardi 20 septembre 2011 à 19h
Exposition du 21 au 25 septembre 2011
au chapiteau de Fontvielle, Monaco
ouvert tlj de 15h30 à 19h30

'un salon original dont le thème est LA PASSION DE NOS JARDINS SECRETS...
Je présenterai des tableaux aborigènes dont  la force vibratoire relève de la passion...' Gabrielle Fliegans




































Plus d'informations sur ce salon : http://arcolart.com/exposition.html




Kathleen


































Pegleg Tjampitjimpa 'Tingari'












Georges Ward 'Tingari Cycle'

































COMPRENDRE LA PEINTURE DES ABORIGENES INITIES

La trace des aborigènes remonte à plus de 50.000 ans et le Cueilleur-Chasseur du 20 ème siècle n’est pas très éloigné des premiers.
Son évolution ne s’est pas orientée vers l’acquis matériel mais vers le maintien d’un lien étroit avec le « monde invisible ».
Sa préoccupation est de rester relié aux «  ancêtres , le DREAMTIME », de transmettre et de protéger les secrets qui lui ont été confiés lors de son Initiation. Il doit veiller aussi au maintien de l’équilibre de la nature qui le nourrit.

Selon lui, le Monde est une réalisation de la Pensée qui nous a conçus. Ainsi le monde de la pensée est bien plus fort que le monde matériel  et nous sommes tributaires du Désir de ce monde invisible qui nous a créés, nous confiant la terre sur laquelle nous vivons. Honorer les ancêtres serait même un acte de survie .

Nous sommes le monde « illusoire » et la Réalité se situe dans l’Au-delà , le monde invisible.

Après son initiation , l’aborigène est considéré comme le gardien de son territoire ainsi que de la partie du Secret qui lui a été confié en rapport avec son appartenance clanique (qui ne découle pas des liens du sang)
Pour transmettre ses connaissances et éviter l’altération de sa mémoire,il peindra seul ou à plusieurs ,en s’aidant de chants ainsi que de la mémoire des «  frères ou sœurs de peau «  qui l’entourent . Sa peinture raconte le parcours des ancêtres et leurs messages pour   respecter la tradition et maintenir l’équilibre sur terre.

Les premiers tableaux de toile et peinture acrylique ont été faits en 1970 . Aujourd’hui ils assurent une transmission qui fut interrompue lorsqu’ils furent arrachés à leurs terres et  ne pouvaient plus remplir leurs fonctions de « gardiens de la terre » . Ainsi, ils reproduisent  les peintures faites auparavant sur les corps ou sur la terre lors de rituels de célébration de rites ancestraux, et ceci durant des millénaires !

La peinture aborigène des Initiés est un réceptacle de vibrations qui ouvre la communications avec le monde invisible en s’accordant sur un autre mode vibratoire, comme une radio qui capte différentes fréquences.
Une Pensée nous a conçue et la richesse de l’homme ne peut se trouver que dans ses aptitudes à s’ouvrir aux mondes subtils.
Nos sciences quantiques ou autres font des découvertes qui nous rapprochent des grandes connaissances millénaires des peuples aborigènes. Il est vrai que quand on vit en symbiose avec la nature, avec pour seul toit les étoiles, on ne peut perdre la spiritualité !
Le matérialisme aveugle nos perceptions subtiles qu’il est aisé de retrouver avec un certain lâcher-prise.
Les aborigènes d’Australie n’ont ni roi, ni empereur, ni palais, ni cathédrale, ni gratte-ciels, ni possession, ni armées, car dialoguer avec l’Autre –Monde est bien plus riche que de posséder une planète et ses habitants.

Gabrielle Fliegans